29 janvier 2009

Sous le « Ciel de Québec » depuis 40 ans

Le ciel de Québec de Jacques Ferron, BQ, 2008.40 ans après sa publication, Le ciel de Québec, cette chronique des années 1937-1938, revient au-dessus de la capitale nationale du «pays incertain».
Reprenant l'édition annotée par Pierre Cantin et Luc Gauvreau, parue chez Lanctôt éditeur en 1999, cette nouvelle collaboration entre les Éditions Leméac et l'auteur des Escarmouches rend de nouveau accessible la « grosse galette » de Ferron.
Comme l'écrit Luc Gauvreau dans sa préface intitulée « Au nom du ciel, de la terre et de l’histoire »:

« Quatre cents ans a beau être un bel âge pour la Vieille Capitale d’une province du Nouveau-Monde, son histoire est toujours à raconter, pour contrer l’oubli, pour qu’elle vive « comme un roman », aimait à ajouter Ferron. Le livre nécessaire à la compréhension du fabuleux Moulin à images de Robert Lepage, projeté à Québec à l’été 2008, vous le tenez entre vos mains. »

Et puisque la ville de Québec vient d'annoncer que ce moulin monumental sera représenté durant les cinq prochaines années, le Ciel de Ferron restera d'actualité pour encore un bon moment.

Bonne lecture!

11 janvier 2009

Tales of Jacques Ferron, translated by Betty Bednarski



"Mélie Caron had only thirteen children. She expected to have more, one a year until she died; but after her thirteenth, Jean-Baptiste Caron, her husband, said to her, "Stop, Mélie!"  (Mélie and the bull)
Stop, Mélie! ou Arrêtes-toi, Mélie!, la femme devrait comprendre son mari. Mais chez Jacques Ferron, ce serait trop simple. Sa Mélie et son boeuf auront des relations suffisamment ambigües pour que les lecteurs doutent vraiment de ce qu'elle a pu comprendre, aussi bien en anglais qu'en français!
Cette incertitude, Betty Bednarski en parle dans sa "Translator's Note":
Even though less than half of the stories in this revised and expanded edition come from Ferron's Contes du pays incertain, in choosing an overall title for the English-language collection I have decided to highlight that one, as I did in 1972. It is Ferron's most famous title, the one most readily associated with his work and it sums up better than any other his literary universe: the social, political and ideological uncertainty of a Quebec caught up in painful transitions and grappling with the ambiguities inherent in its status within the Canadian confederation; the equivocal atmosphere of a literary landscape where nothing is clear-cut, where the seemingly contradictory elements of pathos and humour, blunt down-to-earthness and unrestrained fantasy combine to disconcert and to delight; the tale, heir to the folktale, that fabulous genre of the magical and the commonplace, privileged in Ferron's work as it has been in the culture of Quebec.
Forty-one sparkling classics of Quebec fiction
In these fantastic tall tales a bull turns into a lawyer, a lonely Alberta cow's ghost longs for Quebec, and Ulysses comes back to Ithaca Corner, Ontario. Jacques Ferron writes metaphysical fables, political satire, portraits of men and women in all walks of life, and wry comedies, with great originality and a profound sympathy for the human condition. These forty-one sparkling classics are among the most celebrated works in modern Quebec literature. They appear in this original New Canadian Library collection in a specially revised and expanded translation by Betty Bednarski.
Pour une présentation plus complète et la liste de contes inclus dans cette édition, vous pouvez consulter le site de l'éditeur McCelland.
Bonne lecture,
Luc Gauvreau,