09 avril 2008

Jacques Ferron encore et toujours

Dans le remarquable essai, Histoire de la littérature québécoise (Boréal, 2007), les auteurs Michel Biron, François Dumont et Élisabeth Nardout-Lafarge soulignent l’importance de l’œuvre de Ferron en lui consacrant un chapitre entier intitulé : «Jacques Ferron : la littérature par la petite porte ».
Son nom et/ou ses œuvres sont parmi les plus souvent mentionnés dans cet imposant ouvrage. Ferron apparaît lorsqu’il est question de la Nouvelle-France, de Camille Roy, de Saint-Denys-Garneau, de Frank Scott, de VLB, du joual, des revues Partis pris et Les Herbes rouges et aussi du manifeste du Refus global.
Les amis de Ferron se plairont à lire comme un roman, ce panorama de notre littérature, heureux de constater que l’auteur de L’Amélanchier fut, en même temps, une mine de renseignements sur la société québécoise.
(Yolande Gingras)